ATTENTION – IMPORTANT

Le dépistage du cancer colorectal change en 2015 !! Un nouveau test arrive.
Pour plus d’informations, vous pouvez nous contacter dès à présent, ou alors cliquer ici

DEPISTAGE ORGANISE DU CANCER DU COLORECTAL


DANS QUEL BUT ?

Source : www.e-cancer.fr/depistage/depistage-du-cancer-colorectal/espace-grand-public/le-cancer-colorectal

Actuellement, un peu plus de 40000 cancers colorectaux sont diagnostiqués en France chaque année, dont 53 % chez l'homme. Il s'agit donc du 3ème cancer le plus fréquent, après ceux de la prostate et du sein. Dans 95 % des cas, son diagnostic se fait après l'âge de 50 ans.

Il est responsable d'environ 17500 décès annuels, ce qui en fait le 2ème cancer le plus meurtrier après celui du poumon.

Or, on sait qu'environ 3 cancers colorectaux sur 4 se développent à partir d'une tumeur bénigne nommée «adénome»; l'évolution est sournoise, ne donnant en général aucun signe clinique, et malheureusement lorsque les symptômes apparaissent le cancer est souvent à un stade évolué.

C'est un cancer grave mais la survie est directement liée au stade de la maladie au moment du diagnostic :
lorsqu'il est au stade 1 (les lésions cancéreuses sont limitées à la surface de la paroi de l'intestin), plus de 9 malades sur 10 seront toujours en vie après 5 ans, et au prix d'un traitement beaucoup moins lourd; dans certains cas, c'est même au cours de la coloscopie que la lésion sera retirée, sans nécessiter de chirurgie secondaire, il n'y aura donc aucune incidence sur la qualité de vie !
lorsqu'il est au stade 4, c'est-à-dire lorsqu'il atteint d'autres organes (on parle de métastases), le pronostic est alors beaucoup plus grave, le taux de survie à 5 ans étant voisin de 5 %. De plus les traitements mis en œuvre sont souvent très lourds, perturbant la qualité de vie.

Mais on peut agir !!!

En effet, il s'écoule environ une dizaine d'années entre la lésion bénigne constituée par le polype adénomateux, très fréquente, et son éventuelle transformation en tumeur maligne (25 adénomes sur 1000 deviennent des cancers).

Pendant toutes ces années, et alors même que l'on ne souffre d'aucun symptôme, il est indispensable d'effectuer un dépistage, qui va permettre de rechercher des traces de sang dans les selles, invisibles à l'œil nu; les personnes chez lesquelles le test est positif (3 % des cas environ) devront effectuer une coloscopie afin de rechercher la cause du saignement.


Y PARTICIPER

Le dépistage du cancer colorectal: quand et pour qui ?

Ce dépistage s'adresse aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans :
qui n'ont pas de signes digestifs d'apparition récente ;
qui n'ont pas de facteurs de risque particuliers.

En effet, ne relèvent pas du dépistage organisé les personnes qui ont :
des antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal ou de polype adénomateux ;
une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (Maladie de CROHN, rectocolite hémorragique) ;
des signes cliniques digestifs récemment apparus, par exemple présence de sang rouge ou noir dans les selles, diarrhée ou constipation inhabituelle, douleurs abdominales d'apparition récente, etc.).

Dans tous ces cas, c'est votre médecin traitant qui décide de la conduite à tenir adaptée à votre situation, et la surveillance se fait en général par coloscopies régulières.
Si vous êtes dans un des cas qui viennent d'être énumérés, il est indispensable d'en parler à votre médecin afin de mettre en route le bilan adapté.

Par ailleurs, toute personne ayant eu une coloscopie normale n'a pas à effectuer de dépistage pendant 5 ans.

L'invitation

Tous les hommes et toutes les femmes de 50 à 74 ans, dont le domicile principal est situé en Creuse, reçoivent un courrier d'invitation à effectuer un test de recherche de sang dans les selles.

Le test est à retirer auprès de votre médecin traitant.

Au dos du courrier d'invitation se trouve un questionnaire ;
si vous ne faites pas le dépistage, quelle qu'en soit la raison, il est indispensable de le compléter et de
le renvoyer à l'ADOC 23, afin d'éviter des relances inutiles et coûteuses.

Aucune information médicale n'est prise en compte de façon définitive suite à un simple appel téléphonique, la confirmation écrite est indispensable, afin de sécuriser la procédure d'enregistrement.

Par contre, si vous devez nous signaler un changement administratif, par exemple votre adresse, votre affiliation à une caisse d'assurance maladie, vous pouvez le faire par téléphone, l'ADOC 23 est en liaison avec la plupart des caisses et pourra ainsi gérer la modification.

En l'absence de réception d'un dépistage ou d'une réponse, une relance est automatiquement envoyée au bout de 4 mois, puis une seconde relance 5 mois plus tard, comportant le matériel nécessaire au dépistage.

Le test et sa lecture sont gratuits pour le patient, car pris en charge par l'assurance maladie. La consultation médicale est prise en charge dans les conditions habituelles.

La réalisation du test

C'est un test simple, réalisable à domicile, mais il est indispensable de lire soigneusement le mode d'emploi qui l'accompagne.


Il faut également bien vérifier la date de péremption du test qui ne doit pas être dépassée sinon il vous faudra le refaire.


Il doit ensuite être posté sans affranchir, accompagné de la fiche d'identification complétée, dans l'enveloppe T jointe, à destination du laboratoire CERBA, centre de lecture national.

Il est très important de bien respecter les consignes de réalisation du test pour éviter d’avoir à le refaire. Les résultats vous sont directement adressés, ainsi qu'au médecin que vous aurez désigné,

L'ADOC 23 reçoit également l'ensemble des résultats.

Pour visionner le mode d’emploi du nouveau test, cliquer sur le lien suivant

http://www.e-cancer.fr/depistage/depistage-du-cancer-colorectal/espace-grand-public/le-test-immunologique-en-images



Les résultats

Dans 96 cas sur 100 environ, le test est négatif, ce qui signifie qu'aucune trace de sang n'a été détectée dans les échantillons de selles.


Mais il faut savoir que tous les polypes et cancers intestinaux ne saignent pas en permanence et que le test peut être négatif ; Il est donc indispensable de le renouveler tous les 2 ans, sachant qu'il faut en moyenne une dizaine d'années pour qu'un adénome évolue vers un cancer.

Dans l'intervalle de 2 ans qui sépare 2 dépistages, il sera essentiel de consulter rapidement son médecin devant l'apparition de signes digestifs inhabituels ou d'un amaigrissement inexpliqué.


Dans 4 cas sur 10 environ, le test est positif.

Cette positivité n'est pas synonyme de cancer, mais il faut déterminer l'origine du sang détecté par le test. Votre médecin vous orientera vers un gastro-entérologue pour programmer une coloscopie. Statistiquement, en pareil cas, cet examen détecte un cancer dans 8 % des cas et un polype dans 30 à 40 % des cas.

EN AUCUN CAS UN TEST POSITIF NE DOIT ETRE REFAIT

En effet, cette attitude serait dangereuse puisque polypes et cancers ne saignent pas tous les jours; un second test pourrait donc être négatif malgré l'existence d'une lésion, donc rassurer à tort le patient.

Tout test positif doit conduire à la réalisation d'une coloscopie; vous devez consulter votre médecin traitant afin de mettre en œuvre cet examen dans un délai raisonnable.

Cet examen, effectué en pratique courante, permet d'aller voir directement l'intérieur de l'intestin et du rectum, d'identifier l'origine du saignement, d'effectuer des biopsies si nécessaire, voire d'enlever les polypes mis en évidence.

Dès 50 ans
dépistage tous les 2 ans

Journal officiel
Programmes de dépistage
des cancers
Télécharger les annexes
Télécharger l’arrêté
 
  •  
  • Copyright © 2013 ADOC 23
  •